Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog des X-Men

Une bande de footeux se lance dans la course à pied...

Les Templiers : on y est !

A 3h00 du mat, quand a sonné le réveil, on s'est tous demandé ce qui se passait à St Rome-de-Tarn !
P... faut y aller !
Habillage rapide, petits déjeuners variés, chacun sa méthode, classique pour Maître YoDom et le Fan-Club, à base de GatoSport pour Lapin et Chaton.
A 3h45, tout le monde en voiture !
Oui Oui, vous avez bien lu : le Fan-Club (Stefy, Sam, Lolo et Vic) s'est tiré du lit à 3h00 pour accompagner les coureurs dès leur départ !!

Depuis le temps qu'on dit et écrit qu'il mérite une médaille ce Fan-club...

Arrivée à NANT avec une température douce pour la saison et pas une goutte de pluie à l'horizon.

Pour ceux qui doutent que le Fan-Club était bien là, au départ :

A moins de 10mn du départ, on intégre tranquille le sas de départ... en 2700eme position environ (sur 2800)... c'est dire le peu de pression qui pèse sur nos frêles épaules.

Aux Templiers, comme d'ailleurs à l'occasion de toutes les courses organisées par VO2, le départ est donné sur un fond musical devenu traditionnel : ERA - Ameno, un truc qui vous donne des frissons, surtout conjugué avec les fumigènes rouges de chaque coté de l'arche de la ligne de départ.
Ambiance !

Selon StefSenech, la suite est moins fun, sortie du village dans la nuit et début de la longue remontée du peloton sur un parcours qui monte gentiment. Passage sur les bas-cotés, sur les talus qui bordent la route, ... tout en se disant qu'il vaudrait mieux être plus patient et prendre son temps... mais on est pas venu pour rigoler !
Dès les premiers kilos, Lapin ne répond plus, lui a compris que la prudence est une bien meilleure stratégie.
Un peu plus tard, Maître YoDom disparait également dans la nuit.
Déjà, quelques lacets plus hauts, on distingue la guirlande de frontales des coureurs de tête... C'est sûr, on ne les rattrapera plus...

Arrivée à Sauclière, km15.
Grosse ambiance dans les rues étroites du village. La quantité de spectateurs qui crient votre prénom en vous encourageant est incroyable. 1er ravitaillement , de l'eau seulement, une bouteille attrapée à la volée et là, surprise en sortie de ravito, le Fan-Club est déjà présent !
 StefSenech continue en dépassant toujours, dès que c'est possible. Après deux heures de course, les positions se stabilisent, les écarts sont plus stables. Maintenant, il faut gérer.

Spectacle magnifique du lever de soleil sur le St Guiral, on se dit que, rien que pour ça, ça valait la peine de venir...
En fait, on n'en profite pas trop.
Le prochain ravitaillement (complet celui-là) se trouve au km39, à Dourbies, soit près de 3h après Sauclières... !! Il valait mieux être bien équipé en boisson et gels...

Là encore, l'accueil dans la montée dans Dourbies est grandiose. Nous arrivons par le bas du Village et grimpons vers le haut par une succession de volées d'escaliers... Tout au long, jusquà la salle des fêtes qui abrite le ravito, les spectateurs scandent les prénoms !
C'est assez incroyable, on se prendrait facilement pour un champion du monde.
L'inconvénient, c'est qu'à ce stade de la course on a déjà beaucoup donné et qu'on aspire à respirer un peu... mais comment faire avec tout ces encouragements...

Là encore le Fan-Club est présent en sortie de ravito. Petite pause, de 5mn, tranquille.

Quelques étirements pour Maître YoDom...
Un changement de tenue pour Dav qui troque le maillot manches longues...
...pour l'officiel des X-Men

En sortie de Dourbies, on a encore le nez dans la pente pour une ascension d'environ 45mn, ça use, à force...

La prochaine étape est Trèves au km49, soit 10 bornes après Dourbies. 10 bornes, c'est rien... mais ce sera quand même 1h50 de course. Là, le Fan-Club n'est pas présent, mais StefSenech s'entend dire qu'il se trouve en 278eme place et ça suffit à le relancer. Super, il faut descendre dans les 250 premiers, pas de temps à perdre... ravitaillement mini, remplissage des deux petites gourdes de la ceinture et c'est reparti !

A Trèves comme à Dourbies, la sortie du village donne sur une côte de la mort ! Même pas un chemin, mais une sorte d'éboulie de rochers... et ça monte... peut-être encore pas loin d'une heure... et ce foutu GPS qui égraine paresseusement les dizaines de mêtres parcourus !

Enfin un petit plateau, avec du plat (enfin presque) avant d'attaquer une descente sous les arbres, ça commence à vraiment faire mal aux cuisses. Les crampes sont déjà présentes depuis bien longtemps et ça ne s'arrange pas.

Ce qui corse la situation de Senech, c'est que le Camel est vide depuis la sortie de Trèves... La motivation de pouvoir gagner une poignée de places en a fait oublier l'essentiel : remplir le Camel... quel c... !

Sur le plateau, un miracle ! Un brave monsieur se stationne avec son 4x4 juste devant une maison isolée, remplissage de gourdes (mais nouvel oubli du Camel...).

Vient ensuite une descente assez "technique".

En fond de vallée, petit coup d'oeil au GPS, on devrait pas être loin de Cantobre le prochain ravitaillement. Un groupe de spectateurs, comme il y en a quelques uns le long du parcours, dit en guise d'encouragement "allez, encore une ascension vers le plateau, et c'est la descente vers le ravitaillement !".

Et là, Senech regarde vers le haut et se dit qu'elle se trompe cette dame, que ce n'est pas possible, qu'il n'y arrivera jamais à grimper sur ce p... de plateau ! Surtout que les deux gourdes sont à nouveau vides...
Effectivement l'ascension parait durer une éternité.
Sur certaines portions, halte tous les 20 ou 30m pour se poser les fesses et laisser passer des coureurs qui visiblement ont mieux géré leur affaire.
LA question se pose par moments : continuer ou pas ? Vade retro Satanas !!!!!!!!
En arrivant enfin au sommet, nouveau miracle : un type de l'organisation accepte de remplir une des deux gourdes (c'est normalement interdit...). Il doit même fermement repousser deux ou trois coureurs qui pensaient avoir affaire à un petit ravito sauvage...

Descente sur Cantobre pour rejoindre le dernier ravito. Celle-ci aussi est très compliquée, la fatigue combinée à certains passages particulièrement difficiles justifie la présence des pompiers à plusieurs emplacements.

A 500m du dernier ravito, traversée d'une petite rivière dont l'eau fraîche remet un peu les idées en place.

Le ravito de Cantobre, au km61, est franchement le bienvenu pour tous. Plus encore qu'ailleurs, les coureurs font une halte de récupération avant la dernière montée d'environ 3kms.
Le Fan-Club dont le métier n'est pas simple, n'a pas pu venir jusqu'au ravito. Stationné au km62, il attend le passage des coureurs avec une vue magnifique sur le village.

Enfin les voilà !








































































Dernière montée, dernier passage sur un plateau, celui du Roc Nantais. Là on se dit enfin qu'il ne peut plus rien arriver, c'est sûr on va finir !
La sono de l'arrivée est rapidement perceptible, mais c'est trompeur ! Le passage sur le plateau est lui aussi interminable, presque autant que la descente vers Nant... Descente très technique, où régulièrement des cordes aident à ralentir la progression et à garder l'équilibre... sauf pour Maître YoDom qui bondit de pierres en racines sans s'occuper des cordes... Il est fou Maître YoDom !

Enfin, l'arrivée dans Nant, à nouveau des spectateurs sympathiques, le petit pont de pierre, la dernière toute petite côte, la place du village .... et la ligne d'arrivée .... LE GRAAL !  YESSSSSS !!!!!!!!!!!!!

Maître YoDom, dont nous avons raté l'arrivée au sprint ... Les observateurs remarqueront qu'il ne perd pas une minute !

Et Dav Lapin...

Voilà, c'est terminé pour la partie sportive.
Pour la suite, rendez-vous pour le repas de fin de course, servi en continue entre 13h et ... pas d'heure...
Au menu : potage, saucisse, aligot, salade, yaourt et brioche, le tout arrosé d'une petit 5 étoiles de derrière les fagots (lui, il aurait pu y rester derrière les fagots...).
Encore un détail impressionnant : en quittant le parking de Nant, à la nuit largement tombée, on distinguait encore une longue série de frontales qui s'étendait du sommet du Roc Nantais jusqu'au village...

Bientôt, la course vue par le Fan-Club et la soirée (courte) au gîte.




Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
<br /> patience titi et stephbill ! vous aussi vous allez avoir droit à vos moments d'émotion pour votre premier marathon à la fin du mois !<br /> <br /> <br />
Répondre
T
<br /> ca fait plusieurs fois que je lis vos exploits et j'en reste toujours sans voix !!!! respect messieurs (pour les 4 coureurs) cela semble énorme comme exploit, un de ceux qui resteront dans les<br /> mémoires du blog !!! et comme certains l'ont dit, ca fait trop peur pour donner envie.......Et puis respect pour le fan club, toujours aussi vaillant et motivé pour soutenir ses troupes!!!<br /> On attend de connaître les prochains objectifs de ces fous furieux de la course à pied pour lire encore d'aussi beaux exploits... sauf peut être pour le president qui dort devant les bières :-)))<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Je suis toute émue après la lecture des impressions de DavGrans. Merci de nous avoir fait partagé cette aventure....mais ça ne me fait toujours pas envie :o))<br /> <br /> <br />
Répondre
N
<br /> <br /> Très sympa toutes les photos et commentaires. Encore un énorme bravo aux coureurs mais encore une fois au fan club !<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
D
<br /> Vous avez eu une vision de la course percue par Chaton ... voici quelques impressions de lapin :<br /> <br /> - je confirme l'émotion liée au contexte du départ...<br /> - je confirme qu'après 1 kms de course j'ai entendu au loin devant un... "lapin ?!" que j'ai laissé sans réponse car j'avais lu sur le site de la course : "attention au piège des 15 premiers<br /> kilomètres qui sont roulants !"<br /> - ce dernier point mérite débat car effectivement je suis parti cool mais pour finalement me retrouver à bouchonner dans un passage qui n'avait rien de roulant si vous voyez ce que je veux dire !<br /> en conclusion sur ce point,  il aurait fallu trouver un compromis qui aurait peut être consisté à stratégiquement se mettre un peu plus en avant sur la ligne de départ. Bon on va pas refaire<br /> la course, qui de toute façon fut, certes pas facile, mais exceptionnelle !!!<br /> - le plus long en ce qui me concerne a été la montée du ST GUIRAL car j'étais dans le grupetto et les possibilités de dépasser les concurrents de devant étaient limitées ...cela m'a paru très<br /> long..<br /> - en revanche arrivé en haut...là grand spectacle panoramique!!!!!<br /> - sur cette période nonobstant une carte de la course plastifiée dans la poche, je me suis fait une petite frayeur : en effet il y avait à ce passage une barrière horaire éliminatoire et je m'étais<br /> mis en tête qu'elle correspondait à un ravitaillement ...or je ne voyais point venir de ravitaillement ... un autre concurrent que j'ai sollicité sur le sujet m'a rassuré pour me signifier que nous<br /> étions largement dans les temps ...ouf !<br /> - dès lors la course ne m'a plus jamais paru longue (même s'il restait beaucoup de kilos) et ce ne fut que du plaisir avec ce beau temps...<br /> - la partie la plus belle restera pour moi la descente vers DOURBIES et la montée qui s'en suivit..<br /> - je confirme l'ambiance extraordinaire qu'il y avait aux abords des ravitaillements. il faut aussi rajouter à cela la présence de quelques courageux qui grimpaient sur les coteaux pour y aller eux<br /> aussi de leurs encouragements...que des gens sympas et fervents supporters de ce type d'effort...<br /> - c'est une course comme je n'en ai pas eu l'habitude de courir jusque là : de la forte pente dans les deux sens et pas sur 300 mètres ...pas de route ...du chemin très technique... ce fut bien au<br /> delà de ce que j'avais pu imaginer... mais enthousiasmant à découvrir.<br /> - autre paramètre à admettre et bien au delà de ce que j'envisageais : la proportion des temps de marche.<br /> - très bonne ambiance entre les coureurs même si bien sûr, sur un certain nombre de passages,  on n'entendait pas grand chose dans les rangs...<br /> - je me suis arrêté quelques secondes à certains endroits pour me dire : "vas y prends en plein les mirettes car cela vaut vraiment le coup" ... quelques regrets d'ailleurs de ne pas avoir embarqué<br /> l'appareil photo...mais il y avait bien d'autres choses à gérer.<br /> - à propos de gérer ce fut mon leitmotiv du début à la fin avec notamment les fondamentaux "boire" et "manger" régulièrement : par contre la prochaine fois je prendrai des GELS à l'ALIGOT pour<br /> varier un peu les plaisirs ...<br /> - autre moment important en ce qui me concerne : ce fut l'arrivée au ravitaillement de DOURBIES car les commentaires du site des TEMPLIERS avait dit : "c'est là que vous jugerez de votre état de<br /> forme pour le reste de la course" ...et comme cela n'allait pas trop mal à ce moment là je me suis dit que cela pouvait aller au bout !!<br /> - sur cette course on se découvre aussi d'autres muscles qu'on avait jamais réellement senti  travaillé : je ne sais pas comment ils s'appellent mais ils se situent côté interne juste au<br /> dessus des genoux..<br /> - anecdote de course : une fois n'est pas coutume par rapport à mes anciens penchants de footballeurs, j'ai failli me faire tacler par derrière par un furieux concurrent équipé de bâtons et qui<br /> s'est élancé comme une bombe dans une descente à la rencontre d'un groupe de supporters qu'il ne connaissait même pas...mal lui en pris...la glissade fut fatale et le pic de son bâton droit vint<br /> terminer sa course en caressant l'arrière de mes mollets de coq...allez en voilà un qui me rattrapera plus !...bon je m'arrête quand même quelques instants pour voir s'il a besoin d'aide tout comme<br /> le coureur derrière lui stupéfait de cette frénésie intempestive..."ca va dis le casse cou, j'ai juste une crampe"...bon allez je repars...<br /> - petit coup de blues au dernier ravito : pas de fan club! mais le moral reste intact et j'en plaisante avec une vieille dame qui me dit "vous savez c'est pas facile de circuler aujourd'hui !" "tu<br /> m'étonnes mamie"...<br /> - et puis l'ambiance est un peu plombée quand sur mon chemin je vois un homme à terre avec des premiers secours !<br /> - le troupeau est désormais parsemé et on attaque les passages avec palettes de parpaings pour monter l'obstacle...<br /> - autre passage pittoresque : je pousse mon compagnon de devant aux fesses pour qu'il grimpe le rocher...problème c'est le vide humain derrière moi alors...? ben on se débrouille comme un grand<br /> tout seul !<br /> - quand soudain j'entends des clameurs et je découvre un spectacle digne d'une montée du tourmalet au tour de france ... parmi eux le fan club ...le bisou de ma chérie qui est rassurée car elle<br /> croyait que la barquette descendue pour le malheureux concurrent à terre était pour moi...le petit qui malgré sa vingt quatrième place la veille sur le 18 KILO serait prêt à terminer les dix<br /> dernières bornes avec moi...<br /> - ensuite je me retrouve avec un concurrent avec qui je discute tout en courant et qui l'ayant fait l'année dernière me sert de guide pendant un bon moment.<br /> - la descente sur NANT n'est que du pur bonheur... bon d'accord heureusement qu'il y a des cordes pour ralentir un peu l'élan pouvant être fatal...<br /> - en bas un monsieur me dit le mot de la fin : "encore un kilomètre et que des bons souvenirs !"<br /> - à quelques mètres de l'arrivée CHATON est là  depuis un bon moment l'appareil photo en main ( il fait tout celui là : il accomplit cette course tel un champion et photographie ses potes à<br /> l'arrivée)...<br /> - puis quelques mètres plus loin lolo, le petit, vic et ma chérie qui fait les derniers mètres avec moi ... l'émotion est de retour au même endroit mais cette fois ci c'est l'arrivée !!!!!<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> et moi alors, ça ne me fait pas du tout du tout rêver.<br /> <br /> le Roc d'Azur, ah oui. Des trucs de ouf comme les Templiers. Et puis pour les caves, il y a certes le Gaillac? mais bon on va pas un faire un plat.<br /> <br /> a+<br /> <br /> <br />
Répondre
S
<br /> Super reportage, jolies photos, énorme exploit....par contre contrairement à Vincent ça ne me fait pas du tout envie !!! :o)) CHAPEAU LES GAS.<br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> Enorme !!!<br /> <br /> Bravo à tous les 3, réellement ça fait rêver, mais je n'insiste pas, je vous ai déjà laissé tomber !<br /> <br /> Merci pour ce reportage qui nous a mis au coeur de l'événement<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> Salut les Loulous, alors là, je dis énorme, impressionnant, pas de mots pour qualifier cet exploit. Bravo à vous trois, sans oublier le petit et bien évidemment le fan's club. Bonne récup à tous et<br /> à très bientôt.<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> Je ne vois vraiment pas ce qu'on pouvait reprocher à ce gouleyant petit "5 étoiles" proposé au repas d'après-course, il avait au moins le mérite de nettoyer les gosiers encrassés par tant de gels<br /> ingurgités et puis pour certain (!!), ça remplaçait l'eau qu'on aurait pû boire en pensant à remplir son Camelbak (ou bag ??!!). <br /> <br /> <br />
Répondre