Retour sur le Grand Raid - Part 2

par X Men  -  31 Décembre 2013, 12:50  -  #Compte rendu courses

Et bien nous y revoilà, juste avant de clore cette année 2013 !

Après Chaton et Cabri, nous avions laissé le duo Biquet/Lapin reprendre le chemin, main dans la main, à la suite d'une petite pause à l'école de Sans-Souci (sacrée erreur de casting à propos de ce nom...), vers le 124ème kilomètre. 

La suite s'est effectuée sous une belle grosse chaleur. Heureusement, la prochaine étape, le stade de Halte-là, se trouvait à courte portée. 

 

Samedi, midi. 129km.

Halte-là, le bien nommé !

Chaton prend une petite douche, se fait masser cuisses et mollets par une charmante jeune kinée et endosse le tee-shirt officiel. Sans que cela paraisse évident au premier abord, mais le simple fait de porter dès à présent le tee-shirt (obligatoire pour la fin de la course)... ça commence à évoquer une quasi certitude d'aller au bout...

Est-ce l'effet "tee-shirt", est-ce l'effet massage ? Toujours est-il que Chaton est reparti vers Chemin Ratineau en commençant à retrouver une once de début de retour d'un chouillat de punch.

L'après-midi sera chaud, très chaud, 30°C, ça change des 0°C du premier matin à Piton Textor.

Le tracé jusqu'à la Possession n'est pas des plus faciles avec de belles montées techniques et des passages exposés au soleil.

Vers 17h00, au même endroit, Lapin se fera soigner son deuxième genou sous l'oeil attentif du Biquet. 

  

Samedi, vers 16h00. 143km

33102-doublette-La-Possession.jpg

La prochaine grosse étape sera celle de l'école de la Possession. Le public est massé en nombre dans les dernieres centaines de mètres avant l'école. Une animatrice reccueille les impressions des concurents. C'est la grosse ambiance. Les encouragements font du bien. 

Il reste 20 bornes, 700D+... à gravir après 143km de course... INTERMINABLE.

Peu après 22h00, moins de 30 mn après Cabri, Biquet et "Ramses" Lapin se poseront un petit moment dans la cours de l'école.

 

A la sortie de La Possession, on attaque le Chemin des Anglais. On ne les aimait déjà pas beaucoup ceux-là, sans qu'on sache vraiment pourquoi. Depuis ce jour là, on a enfin une bonne raison !

6km de pavets énormes et inégaux, à la fois en taille et en position. Impossible de se relacher, les yeux en permanence rivés sur le pavet suivant... Et en plus ça monte raide dès le départ. La descente ne sera pas plus facile, la position des pavets ne permettant pas une course naturelle. INTERMINABLE.

Samedi peu avant 18h00. 150km, Grande-chaloupe, enfin ! (et oui, ça ne va pas vite, on vous le dit depuis le début, c'est INTERMINABLE !!)

 

En arrière plan, on devine la galère... et encore, il faut le voir grandeur nature...

33118 Chaton Grande Chaloupe

 

 

 

33120 Chaton Grande Chaloupe

Pour se convaincre de la vie difficile du Fan-Club, il suffit de regarder Mme Chaton, chargée comme une mûle avec son sac à dos, faisant la lecture des SMS d'encouragements reçus de métropole. Parce qu'il y en a eu des encouragements de métropole ! Deux mois après la course on s'entendra encore dire : "on t'a suivi sur internet, je me suis même levé la nuit...". Encore un grand merci aux suiveurs et "encourageurs" de tout poil !

33122 Chaton Grande Chaloupe

Revenons à la course. Une pancarte indique qu'il reste, selon leur forme, entre 3 et 5 heures aux concurents pour arriver à la Redoute.

Voilà qui a sans doute agi comme un second déclic sur le moral de Chaton qui se laissera aller à penser "Hors de question de mettre 5h00, objectif 3h00, 21h00 c'est une bonne heure pour arriver".

Fanny et Fab reprendront la voiture pour retrouver Mme Pan-pan et ses Laperaux à l'école de la Possession. Tous ont maintenant rejoint la caravane, y compris Cagou qui, comme il l'avait promis, fera le chemin avec Lapin et Biquet entre la Possession et la Redoute.

33130 Fan club Grande Chaloupe

Pendant ce temps, à Colorado, Chaton n'a pas du laisser un grand souvenir aux bénévoles. L'odeur de l'arrivée était tellement forte qu'un simple verre de Coca pris à la volée a suffi à l'alimenter.

Après cette montée de 700m vers Colorado puis une descente incroyable de sensations positives, Chaton a franchi la ligne d'arrivée du Stade de la Redoute en moins de 46h00.

 35019 Chaton arrivée  35020 Chaton arrivée


Le dernier tronçon entre Grande Chaloupe et La Redoute, avalé en moins de 3h00, a été d'une intensité jusque là jamais approchée sur aucune des courses précédentes.

Comment la tête peut-elle à ce point prendre les commandes de jambes usées par plus de 150km de course et deux nuits sans quasiment dormir (30 à 40mn NDLR) ?

Cela restera un mystère... qu'il faudra quand même essayer de découvrir à travers les expériences à venir...

Mme Chaton s'est faite embarquée à Grande Chaloupe dans le véhicule d'assistance d'un coureur pour rejoindre le stade. Elle est là à l'arrivée de Chaton et doit se dire "ça y est, c'est fini ses c...". Il faut dire que la vie de conjoint de Fou n'est pas toujours enviable... Le volume d'entrainement ingurgité ne laisse pas beaucoup de place à autres choses pendant plusieurs semaines (heu... plusieurs mois, en fait). 

35020 Chaton arrivée 2

Une bière vomie et quelques heures de repos plus tard, Chaton a rejoint le reste du Fan-Club, arrivé de Grande Chaloupe et qui se prépare à accueillir comme il se doit les 3 autres copains.

35040 Fan Club Arrivée

Et ils arriveront aussi, tous finishers de cette course de fous !!!!

Ce sera tout d'abord Cabri qui franchira la ligne, submergé par l'émotion engendrée par la joie d'avoir réussi, la fatigue de 52h45 de course, les difficultés d'alimentation chroniques dont il a à nouveau souffert...

35030 Cabri arrivée

A leur tour, les jumeaux pointeront leurs petites papattes sur la cendrée rouge du stade !

54h et toujours le sourire, même si la dernière portion a été particulièrement difficile, physiquement et mentalement.

35050 jumeaux Arrivée

35050 jumeaux Arrivée 2

 

4 / 4 à l'arrivée,

voilà ce qui pouvait arriver de mieux aux XMen !

 Après une préparation aussi sérieuse, il ne pouvait pas en être autrement (!), mais il restait cette part d'inconnue qui aurait pu gâcher la fête (une blessure, une panne gastrique insurmontable, un coup de fatigue un peu plus fort, ...).

Quelle joie de pouvoir arborer ensemble cette médaille et ce tee-shirt jaune qu'on avait tout juste pu admirer sous verre chez Kéké.

35060 tee shirt 2

35060-medailles.JPG

A l'arrivée, comme d'habitude et plus encore cette fois là, on se jure qu'on ne nous y reprendra pas... mais comme d'habitude et plus encore cette fois là, on n'attend avec impatience la prochaine fois...

 

Difficile de résumer une telle expérience dans un format compatible avec le blog. Il aurait aussi été possible de parler des hallucinations du 2ème jour phénomène incroyable !)...

de l'accueil des propriétaires du gite...

65020 Banquet après la course

65030 Rhum

La bouteille de gauche fait 450cl...

de l'amitié de Dany et de sa petite famille...

69000 Dany

69000 Dany's family

de la présence précieuse du XMen local, Cagou...

69100 Cagou

du séjour qui a suivi la course avec cette randonnée de trois jours dans Mafate (c'est plus joli de jour...)...

66000 rando Mafate

Et plus encore de cette soirée à La Nouvelle...

66000-Soiree-la-nouvelle-1.JPG

66000 Soirée la nouvelle

66000 Soirée la nouvelle 2

66000 Soirée la nouvelle 3

66000-Soiree-la-nouvelle-4.JPG

de l'escapade autour du Piton de la Fournaise...

68500 Groupe Volcan

68500 Groupe Volcan2

et de ce qu'aurait pu en dire le maillot XMen...

68500 Maillot cratere

de la DODO, qui est partout...

67000 Dodo lé là

Des paysages grandioses...

68000 Paysage mafate

de rencontres, nombreuses et sympathiques...

bref, d'un ensemble pour le moins enrichissant...

 

Encore quelques mots à propos de la course et de ses bénévoles. Jamais cités dans les deux articles, ils méritent pourtant une place de choix dans la réussite de tous les finishers : du haut niveau de gentillesse, d'attention, d'assistance... 

Pour tout ça, les quatre y reviendront... et plus nombreux peut-être ?

 

 

En bonus pour nos fidèles lecteurs, le Grand Raid vu par Cabri, le "rescapé", celui qui, arthroscopié du genou à mi-juin, a malgré tout franchi la ligne à mi octobre...

69151-Cabri.JPG"La diagonale des fous …

La première fois qu’on en entend parler, c’est un truc de dingues, à l’autre bout du monde. Puis on en rêve secrètement, un peu comme avant le premier marathon … c’est pour les autres, moi, je ne suis pas capable de faire ça.

Et puis, les courses du dimanche s’enchainent, les distances sur les trails s’allongent jusqu’à ce que le rêve soit à portée de main.

L’attente devant l’ordinateur pour l’inscription est la première épreuve. Viennent ensuite de long mois sympas de prépa entre potes, de WE montagnes, ponctués de moments plus difficiles (angoisse de la blessure, …)

Un départ de la course digne du marathon de NY ou d’une étape de montagne et là tu te dis : ils sont fous ces réunionnais, communions à cette folie !

Puis, après de nombreuses heures à crapahuter sur des sentiers plus improbables les uns que les autres, tu comprends enfin. Tu peux alors pester contre les organisateurs : ce sont eux les fous, capables d’aller chercher des parcours toujours plus difficiles, les chemins de traverse les plus escarpés avec une joie que l’on devine sadique !

 La découverte d’un pays, de paysages grandioses, vertigineux, inoubliables.

En deux jours et trois nuits (pleine lune) on a le temps de regarder autour de soi, même si le terrain très technique nous oblige à beaucoup de vigilance. Parmi les images « chocs » que je garde en mémoire :

- au lever de soleil, à piton textor, la « carte » du parcours de toute la journée : la plaine des Caffres, la montée vers le piton des neiges, la ligne du côteau Kerveguen et la faille du cirque de Cilaos avec en fond les trois salazes qui marquent l’entrée du cirque de Mafate.

- Côteau Kerveguen : 1000 m de dénivelé quasi vertical … une chute vers Cilaos.

- Mafate la nuit : des passages dans la forêt de filaos avec de tâches dorés (des dormeurs enroulés dans leur couverture de survie) ; le dessin de la paroi du Maido (2000 m de dénivelé) avec la danse des frontales qui marquent le chemin.

- Vers le km 120, un faux plat descendant sur du goudron tiens, on va pouvoir enfin trottiner ! Que nenni : à peine 300 m et on part sur un chemin hallucinant, vertical !

- Le Chemin des Anglais : une voie pavée de grosses pierres, impossible de regarder ailleurs que ses pieds, 2h de concentration extrême pour éviter la chute.

- …

La diagonale, ces sont aussi des rencontres sympas, insolites, improbables :

- un basque, marié à une réunionnaise et installé dans l’île depuis 12 ans, qui m’accompagne tout au long de la nuit dans Mafate.

- Une jeune interne en chirurgie de Montpellier avec qui nous discutons du choix de la spécialité médicale (et du droit au remords …)

- Le fan-club, toujours présent quand on en a besoin, et que je remercie en réquisitionnant le jambon de pays de leurs pique-niques

- Un normand, grand spécialiste du trail, qui après avoir lui aussi vomi pour la troisième fois, m’explique que d’ordinaire il ne mange rien sur les ultras …

- Deux trailleurs réunionnais en train de fumer une clope !!!

- Ces bénévoles qui t’accueillent au ravito avec un grand sourire : « assis toi là, donnes moi ta poche à eau, qu’est ce que tu veux manger ? …)

- Jean–Christophe, collègue Maif inscrit sur le trail de Bourbon, qui nous encourage à Cilaos.

- …

 

Et comme ce n'est jamais fini, à l'image de la course, voici les impressions de Biquet !

6912-Biquet.JPGLa Diagonale, un grand moment bien sûr pour des tas de raisons :

D’abord parce que je ne savais pas si j’y arriverais, parce que je ne sais pas si je referai cette course un jour et quand bien même je la referais, je ne suis pas sûr de la terminer, tellement il y a d’impondérables sur une telle distance et une telle durée.

C’était donc un grand soulagement d’arriver à La Redoute sur les coups de 5h du matin le dimanche, en compagnie du Lapin, de profiter des copains qui étaient présents pour nous accueillir et de récompenser les heures et les kilomètres d’entraînement sur l’année écoulée.

Ensuite, ce fut une belle histoire de partage avec les quelques-uns qui ont pu tenter l’aventure. Depuis le début de l’année 2013, on a partagé de nombreuses courses, de nombreux WE d’entraînement et de longues sorties footing.

C’est sûr que l’effet de groupe et les conseils des gars m’ont emmené petit à petit vers cette réussite, avec un clin d’œil particulier au Lapin, puisque depuis le pays basque du mois de mai, en passant par le massif central, les pyrénées, et jusqu’à La Redoute, on a fait TOUS nos kilomètres d’entraînement et de courses ensembles. Belle histoire d’amitié, merci à toi mon Lapin.

Je n’oublie pas tous ceux qui se sont joints à nous le temps d’un entraînement d’un jour ou d’un WE…

Enfin, à cette prépa et ce périple à La Réunion, on a pu y associer nos familles, ce qui apporte une saveur encore meilleure. Nous avons profité de superbes WE au pays basque, dans les pyrénées, le massif central, etc… et aussi des superbes vacances à La Réunion, toujours dans la joie et la bonne humeur !

Pendant cette diagonale, qu’est-ce que c’était bon de croiser le Fan-Club !

A l’avance, on savoure quand on sait qu’on va le croiser et on repart avec le plein d’énergie ! Le Fan-club, c’est vivifiant, c’est ressourçant, c’est bon pour le moral, c’est apaisant, c’est énergisant, … Bref, c’est tout ça à la fois… On peut le décrire comme on veut… C’est un vrai bonheur ! Merci milles fois les filles et les enfants.

On peut y associer aussi tous ceux qui nous ont suivis pendant la course par SMS, par ordi… Merci à tous pour vos messages de soutien indispensable.

Que dire d’autres, à part, que l’événement est énorme à La Réunion, que les réunionnais sont à la hauteur de l’événement, à la fois hyper accueillants et supporters sans retenue.

Que de félicitations et de messages de sympathies on a pu recevoir sur place : Harry et Albertine, nos chaleureux propriétaires, Nico le xmen du bout du monde, Dany la cousine, Flavie, Vincent et Lina, Dominique, etc… Tous nous ont réservé un merveilleux accueil et ça donne vraiment envie d’y revenir… Merci à tous.

Je souhaite maintenant à tous ceux qui aiment le défi sportif, les grands espaces, l’aventure humaine et les superbes paysages de faire un jour cette course et de connaître la même réussite que les 4 xmens cette année.

 

 

 

Voilà c'est fini pour 2013 !

 

PascBiz 14/02/2014 20:10


Bon ben vous êtes vraiment pénible tous les 4. On voulait absolument pas y aller mais à la lecture des résumés nous voila contraint de tenter l'aventure!  Certainement pas dans les mêmes
temps mais qu'importe .... Merci pour votre partage. Et encore bravo pour le 4/4.

LAPIN 01/01/2014 16:00


Tout ceci est magnifiquement résumé ! Pour y apporter ma patte, j'ajouterai au contenu de l'article et en résumé :  qu'au delà des efforts physiques et mentaux, demeureront à jamais toutes
les émotions d'avant, pendant et après ce séjour, partagées avec sa famille et la famille xmen ...et je retiendrai la phrase de
maître yo dom : "on n'en revient jamais le même!"

Maître YoDom 31/12/2013 16:15


Ouahh ! On y est dans votre récit, on le vit, on le veut, on en reveut, et on n'en revient jamais le même. Gardez ce souvenir du Grand Raid bien au fond de vous, ça vous donnera encore la force
de recommencer de telles aventures ici ou ailleurs. Chapeau messieurs (et le fan-club indispensable) pour cette belle réussite !